X
Menu
X

Il est difficile aujourd’hui de déterminer avec précision quels étaient les groupes qui étaient directement associés à la nation Anishinabe avant 1600. Cette classification fut surtout celle des premiers explorateurs et des prêtres. Ainsi le groupe des Gens-de-terre ainsi nommés parce qu’ils ne vivaient pas près du grand circuit de la rivière des Outaouais (les gens de l’intérieur des terres), se retrouvait dans la région de Baskatong notamment et de la rivière qui porte encore leur nom aujourd’hui. Bien qu’on considère que ce groupe était plutôt associé aux Atikamekw, leur dialecte et leurs coutumes sont également très proches des Algonquins. C’est aussi le cas des Têtes-de-boule, ainsi nommés évidemment en raison de leur tête ronde. Des anthropologues estiment d’ailleurs qu’on retrouve plusieurs de ces descendants au sein des Algonquins de Lac Barrière. On a aussi longtemps considéré que les Nipissings faisaient eux-aussi partie de la nation algonquine à laquelle ils étaient alliés. Ce qui est certain, c’est que les relations entre ces groupes étaient très serrées et que les mariages entre les Anishinabeg et les Atikamekw étaient nombreux. La langue Atikamekw est très proche de celle parlée par les Anishinabeg. La nation Temagamie a également été associée aux Algonquins. On les retrouvait du côté ontarien du lac Temiscaming. À la suite des épidémies et des guerres tribales, plusieurs membres de cette nation se seraient joints aux Timiscamings, alors que d’autres sont allés s’établir dans la région de Bear lake.