X
Menu
X

Nomadisme

Les explorateurs et les prêtres qui ont rencontré pour la première fois les Algonquins ont injustement assumé que ceux-ci étaient nomades puisque dès que l’automne arrivait, ils partaient vers les forêts profondes. On assumait que ces groupes erraient sans destination précise au gré des rivières. En réalité, comme on l’a vu précédemment, ceux-ci se dirigeaient vers leurs territoires familiaux où ils revenaient année après année. Ils déplaçaient cependant leur campement d’hiver au bout de quelques années sur un autre secteur du territoire familial pour permettre à l’endroit qu’ils venaient de quitter de se régénérer et à la faune de se multiplier. Ce principe est le même que celui que les fermiers appliquent encore aujourd’hui à leurs terres, laissant un secteur qui a fait l’objet d’une culture intensive le temps de se reposer avant d’y faire de nouveaux semis.